www.phenobarbidoll.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

2012 mar. 17

La question du corps

Je me suis souvent poser les questions "que dois-je faire de mon corps ? A quoi sert-il ? Comment puis-je l'utiliser ?".

J'ai découvert mon corps assez jeune vers 10 ans. Je parle là de corps sexualisé. J'ai appris à le connaître en testant des pratiques diverses et variées. Ca a commencé avec la découverte d'un sac rempli de magazines et livres porno mainstream, appartenant à mes parents. Très rapidement, je me suis liée d'amitié avec un roman photos BDSM qui m'excitait au plus haut point. A cette époque, je n'intellectualisais pas du tout les choses, mes actes de masturbation étaient totalement primitifs. Rapidement dans ce roman photos, j'accentuais mon regard sur une scène dite lesbienne.

Quelques temps plus tard, je découvrais une autre partie de la sexualité. Je n'étais plus seule mais je pouvais m'exciter avec une amie. Encore une fois, rien n'était intellectualisé, je laissais court à mes envies. Mais je commençais déjà à culpabiliser. Déjà parce que j'avais été élevée dans un contexte judéo-chrétien culpabilisant, mais en plus j'en rajoutais une couche en ayant une relation lesbienne. Mais, j'aimais déjà le sexe et il fallait que j'assouvisse mes besoins en la matière.

Plus tard, j'ai voulu essayer les garçons. Ce fut un grand stress tant au niveau du premier baiser qu'au niveau de la première fois sexuelle. Déjà l'idée première du porno qui prône la performance faisait pression sur mon cerveau et mon corps. Je perdais là pour la première fois la propriété de mon corps. Il fallait que je réussisse comme toutes mes copines. Ma première fois sexuelle avec un garçon fut un échec cuisant. Je craquais sur lui mais lui n'en avait rien à faire et je ne lui en veux pas pour ça, je lui en veux juste un peu pour avoir profiter de mon innocence. Cette relation sexuelle m'a couté très cher. J'ai du faire face à une réputation de salope pendant des années car je multipliais les expériences sans pour autant avoir de relation stable. Je voulais tester tout ce qui était à ma portée. Ca m'a notamment couté un œil au beurre noir par deux jeunes filles. Pourquoi ? Je n'ai jamais compris. Pour elles j'étais une salope et je devais être punie. A quel titre ? Je comprends mieux maintenant mais je ne tolère pas.

Ce coup reçu m'a marquée et je me suis dit que je ne pouvais plus vivre ainsi et qu'il fallait que je fasse comme tout le monde : un couple hétéro stable. Je perdais à nouveau la propriété de mon corps. Pendant des années j'ai vécu en couple hétéronormé. Pas la peine de préciser que j'étais très malheureuse.

A la suite d'une rupture douloureuse d'une relation de 7 ans, j'ai décidé de faire un virage à 180 degrés : me retrouver et reprendre possession de mon corps. Ca a commencé par multiples lectures sur la sexualité hétéro au départ puis j'ai dévié vers les notions de genre. Revenue sur Paris après 7 ans en province, toutes les portes s'ouvraient à moi. Je pouvais fréquenter différents milieux et différentes personnes qui m'apportaient enfin la liberté de mon corps. Je reprenais enfin conscience que j'avais un corps et que je pouvais en faire ce que je voulais. Ceci s'est défini par une sexualité diverse et variée, une approche nouvelle du corps et de ses capacités. Je rencontrais enfin des personnes dont la sexualité ne se résumait pas à l'ultime pénétration pénis/vagin. Je découvrais aussi que le polyamour n'était pas condamnable et existait.

Aujourd'hui, je suis heureuse avec une sexualité plus complexe que le veut la norme. J'aime les filles et les garçons et je ne peux me passer ni de l'un ni de l'autre. Ceci reste binaire au niveau du genre et j'apprends encore chaque jour. J'aime de moins en moins le porno mainstream (même si j'en regarde encore) et dirige ma préférence au porno queer qui m'offre une vision plus réaliste du sexe. J'ai plus de facilité à me transposer. J'utilise aussi mon corps pour faire des photos érotiques ou pornographiques ainsi que lors de performances de prévention dans le cadre de la sexualité entre femmes. Ce sont des choses que je fais avec plaisir et par conviction personnelle. Mon corps n'est plus objet mais est une arme engagée. Je lui ai enfin donné ce qu'il lui fallait : le plaisir et l'engagement.

2012 fév. 23

Période Porno

- http://queerporn.tv/

- http://www.nofauxxx.com/

2011 avr. 10

Mes sorties pas catholiques du mois d'avril 2011 !

[Sur Ladies-room]

Après quelques mois de calme, les sorties pas catholiques du mois reviennent. C’est le printemps, il est temps de ressortir de son terrier. On s’étire, deux trois mouvements de gymnastique, un coup de blush, une touche de rouge à lèvres,une petite tenue sexy et hop c’est reparti ! Toutes à confesse !

 >> Le mercredi 6 avril 2011 de 20h00 à 2h00 : le Dinelastique.

dinelastique

 Principe : rencontrer des personnes attirées par le BDSM et le fétichisme de manière générale dans un endroit non-connoté (restaurant), multiplier les contacts, donner ou prendre des conseils. Réservé à une clientèle majeure.

Lieu : un salon privé dans un bar/restaurant du côté d’Oberkampf (pour obtenir l’adresse exacte, il faut s’incrire).

Dress-code : Bien que le dress-code indiqué sur le flyer soit cuire/latex/Vinyle, celui-ci est plus souple que celui de la Nuit Elastique, pour des raisons évidentes : si vous avez besoin de commander à boire, vous serez obligé d’aller au bar et donc vous montrer devant la clientèle habituelle du bar. Pour n’offenser personne, une tenue adéquate est donc conseillée.

Prix : 30 euros pour  : entrée/plat/dessert/1 boisson. La réservation est obligatoire.

 

 >> Le Vendredi 29 avril 2011 de 22h00 à 4h00 : La Playnight (is back !)

playnight

 Principe : Une soirée pour les Girrrlz & Trans où tout est permis. De base, pour cet évènement, les hommes sont exclus. Il s’agit de se réunir entre filles (hétéro/bi/leZbienne/queer…) pour passer des moments hots entre nous, réaliser ses fantasmes… Réservé à une clientèle majeure.

Lieu : Le Next, 87 rue Saint Honoré, 75001 Paris. M° Châtelet.(bar, backroom, dancefloor…)

Dress-code : SeXy en premier lieu, fetish, créatures, freaks… Le dress-code est non ferme mais vivement conseillé !

Prix : 8 euros avant minuit sur réservation auprès de Paris.PlayNight@gmail.com, 10 euros après minuit.

 

>> Le Samedi 30 avril 2011 de 22h30 à l’aube : La Fetish In Paris.

FIP

Principe : Axée sur le look, la Fetish In Paris ouvre un espace de liberté quant à vos tenues en latex, cuir, vinyle ou les plus créatives et extraordinaires. Une Love Room est à votre disposition pour réaliser vos fantasmes les plus libertins (stand de prévention Kiosque Infos Sida à votre disposition pour toutes vos questions et vos besoins en matériel divers). Différentes performances auront lieu durant la soirée.

Lieu : Le 66 Pelleport, 66 rue Pelleport, 75020 Paris. (bar, dancefloor, studio photos, Loveroom, espace fumeur cosy…)

Strict Dress-code  : Latex, cuir, vinyle, looks extraordinaires.

Prix :   environ 20 euros (préventes possibles).

 

Et Aussi :

  •  Tous les vendredi de 15h00 à 21h00 : Les Goûters du Divin Marquis à Cris et Chuchotements (Paris)
  • Le mercredi 13 avril 2011 de 17h00 à 21h00 : Le Boudoir de Leïa à Cris et Chuchotements (Paris). Le Boudoir de Leïa a lieu tous les 15 jours, le mercredi.
  • Le mercredi 20 avril 2011 de 19h30 à 23h00 : Le Paris-Munch au Couvent (Bar/Restaurant à Paris). Paris-M vous propose de débattre tout en dînant sur des sujets liés au BDSM. Les Munchs ont lieu tous les 3èmes mercredi du mois.
  • Le Samedi 30 avril 2011 de 22h30 à l’Aube : La Fetish Touch au Next (Paris). La Fetish Touch est une soirée BDSM gay et hétéro friendly.

2011 avr. 9

"Putains de salopes de lesbiennes de merde"

[En Une sur Ladies-Room il y a quelques semaine]

Alors qu'il y a une semaine j'écrivais un compte-rendu sur l'ouvrage "Les Lesbiennes" de Stéphanie Arc, une semaine avant j'entendais l'insulte en titre lors d'une sortie dans un milieu dit "ouvert d'esprit" parce que j'étais en compagnie d'une femme.

Pour re-situer la scène, j'étais donc en compagnie de cette jeune femme au look androgyne, ce que nous faisions à ce moment précis était largement explicite quant à la nature de notre "relation éphémère". Nous étions toutes les deux entourées de plein de monde puisque la salle était pleine et des scènes bien plus explicites se déroulaient autour de nous (non nous n'étions pas en soirée libertine, bien que ce genre de pratiques soit accepté dans ce genre de soirées).

La nature des relations que j'ai l'habitude d'entretenir avec cette fille n'a aucune importance. Ce soir-là, elle est venue vers moi à un moment de la soirée, nous avons discuté, nous nous sommes embrassées et nous sommes allées plus loin. Nous vivions ce moment intime ensemble sans se soucier de ce qui pouvait se passer autour, jusqu'au moment où j'ai ouvert un peu plus les yeux, parce que je sentais des mains me toucher chacune des épaules.

Je tournais la tête à gauche, un homme me tendait la bouche comme si je lui devais bien ça en tant que dépravée qui se tape une femme. Je le regardais, l'air interloqué et le repoussais. Ce n'est pas parce que je suis bisexuelle, voire même pansexuelle,  que je suis prête à me taper n'importe quel nigaud qui me présentera sa bouche ou sa queue. Si j'avais eu envie d'un mec à ce moment-là, je n'aurais pas eu une femme dans les bras. Il retentait le coup une seconde fois, un "NON" autoritaire sorti de ma bouche. Il comprit le message et s'en alla.

Maintenant il fallait que je m'occupe de la main qui pelotait mon autre épaule. Et je voyais là un gros lourd qui avait déjà essayé d'entamer une conversation avec moi plus tôt dans la soirée, mais que j'avais vite évincé. Je retirai gentiment sa main de mon épaule en lui faisant signe de ne pas se mêler de ce qu'il se passait. Je retournais à ma compagne du moment quand la main revint sur mon épaule. Ça commençait à faire beaucoup. J'enlevais la main et repoussais l'homme en question un peu plus fortement avec le regard noir.

Caressant à nouveau ma douce et essayant de ne plus m'occuper de ce qui se passait autour de nous, la main revenait à mon épaule et commençait à descendre sur mon bras. Cette fois-ci c'en était trop. J'enlevais la main et poussais ce gros lourd violemment en lui expliquant rapidement qu'il était hors de question qu'il intervienne dans notre duo que je voulais exclusivement féminin. Il se rapprochait à nouveau, l'air de dire "ça va tu roules bien des pelles à une fille, tu vas pas faire ta fine bouche avec un mec en plus". Cette fois-là je le repoussais des deux mains sans rien lui dire à part "DEGAGE !"

Ce fut à cet instant que l'insulte homophobe sortit de sa bouche et qu'il s'éloigna. Je lui lançais une invective l'invitant à revenir me dire cette insulte droit dans les yeux. Il ne revint pas évidemment.

J'en reste encore très marquée mais point blessée. Les mentalités même dans les milieux les plus ouverts n'ont toujours pas évolué. L'hypocrisie règne encore. Certains hommes croient encore que la sexualité se résume à un rapport hétéronormé et que les femmes ne peuvent pas se passer de leur phallus. Certains diront que cette scène n'avait pour but que d'exciter une horde d'hommes et moi j'affirme qu'il n'est point besoin d'une scène "lesbienne" pour exciter des hommes, il existe des moyens beaucoup plus simples que cela.

Lorsque nous sommes entre femmes, sachez messieurs, que nous n'avons pas besoin de vous, mais alors vraiment pas. Et pour rajouter une couche, chaque femme passée dans mon lit m'a fait jouir, ce qui est loin d'être le cas de tous les hommes avec qui j'ai eu des rapports sexuels.

Cet argument ne fait pas pour autant de moi une lesbienne puisque j'aurais trop de mal à me passer des hommes. Il est temps de se réveiller et d'accepter que le sexe fort n'est peut-être pas celui que l'on croit. A bon entendeur...

2010 juin 24

PLAYNIGHT #6 : GRRRlz, TranS' ONLY, le 25 juin 2010 à partir de 21h00

2010 juin 8

Fière d’être une femme !

(Edito publié sur la Back Room de Ladies Room)

En ce mois très LGBTQ (Lesbienne, Gay, Bi, Trans et Queer), je ne pouvais ignorer la Marche des Fiertés dans cet édito.

pheno.jpgComme je vous l’avais annoncé, des sorties ce mois-ci, il y en a des tonnes, pas un jour à rester cocooner avec chéri-chériE. Il était donc de mon devoir de mettre en avant la LeZculture, comprenez la culture lesbienne.

Notre Backroom ne stigmatise aucune communauté, ni minorité, elle est ouverte à toutEs, alors les filles, sortez du placard ! Faites vos coming-out, avouez vos fantasmes les plus lesbiens, racontez-nous vos premiers émois pour une fille, vos nuits torrides avec une femme, votre plus belle histoire d’amour entre filles… On veut tout savoir !

Et si vous voulez réaliser vos fantasmes les plus farfelus, les plus fous et surtout les plus lesbiens, je ne saurai que trop vous conseiller la Playnight organisée par Flozif le 25 juin, qui sera comme à son habitude chaude, décalée et très sexe mais qu’entre filles et trans !”

2010 mar. 17

La Lesbienne Invisible

ndlr : Pheno signe un article sur le spectacle de la pétillante RoseMarie auquel Ladies Room l’a invitée.

Habituée à voir Oshen, guitare en mains, chantant des vers acidulés sur les Marseillais et les Parisiens("Les Marseillais se la jouent graaaaveee, mais ils ont au moins l'avantaaaageeee de ne pas être... des Parisiens !", j’ai eu la chance hier soir de la découvrir en OcéaneRoseMarie, comédienne, dans La Lesbienne Invisible aux Feux de la Rampe.

lesbiennes.jpgBien accompagnée, après la pièce, je suis restée silencieuse au Folie’s Café pour écouter les commentaires de mes complices :
« - Non mais elle n’est pas lesbienne. (homme N°1)
- Oui c’est clair. Elle est hétérosexuelle. (homme N°2)
- Elle doit au moins être bisexuelle ! (femme N°1)
- T’as peut-être raison, mais bon elle dit quand même qu’elle a couché avec un homme ! (homme N°1)
- Mais non je pense qu’elle est hétérosexuelle (homme N°3).
- Moi, j’sais pas ! Et puis je m’en fous… bisexuelle je pense… (femme N°2)
-…. »

J’ai rien dit, pensant dans mon for intérieur OcéaneRoseMarie est totalement lesbienne – lipstick -, c’est juste qu’elle met du rouge à lèvre et qu’elle porte des robes – courtes en plus ! Mais je ne voulais pas rentrer dans le débat.

OcéaneRoseMarie passe tout son entourage à la loupe avec humour et le peps que je lui connaissais déjà sur scène :

1. Sa meilleure amie vexée par son potentiel séducteur lesbien ramené à zéro par Océane,
2. Sa mère blessée par le fait que sa fille couche avec des filles, donc aucun homme ne veut de son enfant ?
3. Les autres lesbiennes qui la rejettent parce qu’elle n’a rien d’une dyke ou d’une butch (femme à l’allure plutôt masculine pour ceux qui ne suivent pas). « Non, t’en es pas ! ».
4. A croire qu’il n’y a que les hétérosexuelles ou les bisexuelles qui sont convaincues par son homosexualité. Aaah les hétérosexuelles ! Sachez Mesdemoiselles que vous (nous à moitié) en prenez plein la figure : la lesbienne refoulée, l’hétérosexuelle méchante, l’hétérosexuelle sexuellement agressive, les copines hétérosexuelles, la bisexuelle compliquée (touchée/coulée)… Tous les profils sont disséqués au scalpel avec un humour grinçant qui tape là où ça fait mal, parce qu’on s’y reconnaît.

Les préjugés hétéros sont évoqués,
mais sans oublier les clichés lesbiens. Océane évoque le Pulp (célèbre boite de nuit lesbienne – fermée aujourd’hui), Lword (la fameuse série américaine sur les lesbiennes), les comportements typiquement lesbiens (« Quand on est lesbienne on est toujours Foooooooooolle amoureuse » et pas amoureuse tout court), les deux fameux doigts…

Les évènements les plus simples sont tournés en dérision et chacun y trouve son compte, c’est un florilège de situations quotidiennes qui sentent le vécu.

OceaneRoseMarie sur scène c’est une énergie décoiffante et un décapant pour les préjugés, le tout arrosé de beaucoup d’humour !

A voir Absolument :

La Lesbienne Invisible
Aux Feux de la Rampe
Tel : +33 (0)1 42 46 26 19
Adresse : 2, rue Saulnier // 75009 // Paris
Jusqu’au 3 avril 2010 (Dépêchez vous ! La salle était comble…)

Mail
Site
Myspace

Retrouvez cet article sur LADIES-ROOM !

2010 fév. 12

Utopie.

J'adhère totalement à l'édito de Flozif sur Foleffet. Ca rejoint totalement ce que je voudrais pour le 19 mars. Douce utopie, quand tu me tiens. Je vous rappelle que demain a lieu la Playnight #4. Je reprends le texte de Wilfried inséré sur le forum de Paris-M.

Un événement à soutenir, parce qu'il est assez unique dans le PFF (Paysage Fetish Français ?), seXXXy et décalé : la PLAYNIGHT. Un événement organisé par XPornX. Un événement pour les GRRRlz, LeZbiennes, Trans', ... Et déconseillée aux Trans'PD, Mecs, etc.

PLAYNIGHT #4
SAMEDI 13 FEVRIER // 21h>2h (Malheureusement nous n’avons pas l’autorisation de nuit, alors venez tôt pour profiter au max !!!). Enfin une St-e ValentinE osée et décomplexée dans une ambiance fun et ludique ! Viens avec tes fantasmes et ta bonne humeur le lieux est là pour ça. Un espace pour nouEs avec:
- Bar lounge cosy
- Backroom sur deux étages, espace de jeux et cabines privées
- Projection de films
- Special MuZic by Vallie / Bradley Fayki

Dress code HOT : Cuir, Vinyle, Fetish, uniformes, dentelles, frou-frou, paillettes, plumes, Latex... Créativité & glamour bienvenus ! // Possibilité de se changer sur place

2010 janv. 29

Playnight #4 ! <3 <3 <3

2009 nov. 19

Festival "Chéries-Chéris" >> le 15ème festival de films Gays, Lesbiens, Trans et +++ de Paris

Festival Chéries ChérisOui ! Bon ! Je sais ! Je suis à la bourre pour présenter ce festival, mais vaut mieux tard que jamais. Le Festival "Chéries-Chéris" est le 15ème festival de films Gays, Lesbiens, Trans et +++ de Paris. Il a lieu du 16 au 22 novembre 2009 au Forum des Images à Paris. Durant ce festival ont lieu des projections de films, des débats, et pleins de fêtes en perspective !

Ma sélection personnelle s'orienterait :

Mardi 17 novembre (oui c'est trop tard, mais c'est bien de le souligner) : "French Touch". Pourquoi ? Parce que dans cette sélection de courts-métrages, il y a "Smooth", le nouveau court-métrage de Catherine Corringer et que celui-ci a reçu, notamment, le Prix du Court Métrage au Porn Film Festival de Berlin en 2009. Ce court métrage montre deux corps, l'un probablement masculin et l'autre féminin. Confrontation entre deux corps diamétralement opposés ?

Mercredi 18 novembre - 21h00 : "eXtravaganZa" : un programme qui s'oriente très clairement vers la performance : Drag Kings, burlesque, travail du corps, notion de genre... Il s'agit d'un enchaînement de clips, documentaires, courts-métrages.

Jeudi 19 novembre - 22h00 : "Bandaged" de Maria Beatty, qui d'après mes souvenirs avait déjà été présenté au Palais de Tokyo, l'histoire d'une jeune fille et de son infirmière très particulière.

Vendredi 20 novembre - à partir de 21h00 : la soirée "Lupanar" avec notamment "Carte blanche au Porn Film festival de Berlin 2009" : une série de courts-métrages nous invitant au voyage de ce festival. A partir de 22h00 : la partie "grrrlz " avec notamment "Art House Sluts" de Madison Young que j'avais vue aux côtés de Sadie Lune (qui est aussi dans le film) dans le Queer X Show.

Samedi 21 novembre -18h15 : Je ne pouvais annoncer ce Festival sans parler de "Claudette" : un documentaire sur une prostituée intersexe qui sera suivi d'un débat qui sera notamment menée par notre bien-aimée Nik-ita.

20h00 : "Côté Filles", une nouvelle série de courts-métrages en opposition à "Côté Garçons". Mon désir de regard se pose sur "Belle de Nature" de Maria Beatty. Un hommage à la nature. Ensuite "Getting Off" de J. Aguilar et Miza Banales : une virée queer dans les rues de San Francisco. Toujours le même soir "I kissed a Girl" par Patricia et Colette.

Dimanche 22 novembre - 16h00 : "Côté Garçons", toujours sur la base de courts-métrages, mon regard se porte ici sur "Heiko" de David Bonneville, un nouveau regard fétichiste. "Bi-definition" de Kai Salim, pour quoi devrait-on choisir son attirance pour tel ou tel genre ?

Informations :
Tarifs
Plein tarif : 8 €
Tarif réduit : 7 €
Film d’ouverture + fête : 10 €
Tarif spécial soirée Lupanar 2 (2 séances) : 10 €
Carte Pass 5 films : 35 €
Carte Pass 10 films : 65 €
Carte Tirelire Forum des images : 6.5 €

Forum des images
Forum des Halles,
2 rue du Cinéma, 75001 Paris,
Métro : Les Halles (sortie Place Carrée)

Retrouvez cet article sur Ladies-Room.

2009 nov. 9

Maintenant TU SORS !

En vue :

1/ Samedi prochain, je vous somme de voter pour Wilfried afin qu'il devienne la prochaine Miss Demonia. Ce n'est pas un conseil, c'est une obligation parce que vous et moi savons que Wilfried c'est la plus belle des créatures.

NB à mes soumis : Vous n'avez pas le choix. Si j'apprends que vous n'avez pas voté pour Wilfried, je vous bannis, même en tant que paillasson.


*****************************************************************************************************************

2/ Sinon un truc de filles pour les filles. La prochaine Playnight (#3) est annoncée pour le 5 décembre 2009 à partir de 21h00 au Banque Club.


*****************************************************************************************************************

2009 juil. 26

Biiiiiiiiiip


2009 juil. 19

\o/

Achat du week-end (bien chargé) : icome.
Testé - ludique - peu efficace pour ma part - mais marrant quand même.
Heureusement qu'il ne coûte pas très cher.

Cette semaine, j'ai envie de ça (est-ce que je mets 4ème génération dans mon sac ? - on sait jamais si je peux approcher Melle Wendy Delorme) :

Le Queer X Show c'est :
7 artistes venues de San Francisco, Berlin et Paris:
DJ Metzgerei, Wendy Delorme, Judy Minx, Madison Young, Mad Kate, Sadie Lune, Emilie Jouvet
7 filles sur les routes d'Europe, qui vont décaper les scènes de :
Berlin (17 juillet) Bruxelles (18 juillet) Amsterdam (21 juillet) Paris (23 et 24 juillet) Cologne (26 juillet) Stockholm (28 juillet) Copenhague (31 juillet) Malmö (4 août) & back to Berlin (8 août).
La réalisatrice Emilie Jouvet filmera ce road trip de 7 bad girls pour documenter la tournée.
Le road movie Queer X Show sortira en 2010!
Plus d'infos sur le projet Queer X Show: www.emiliejouvet.com
Infos pratiques:
entrée 7€
show à 21h
DJs jusqu'à 2h
soirée mixte

LE 24 Juillet chez Régine
Nuit CABARET-ZOO


Femmes-fleurs, princesses-crapauds, créatures zébrées et léopardes, dandys échappées du zoo, à poil, à plumes et dézinguées, une nuit hystérique et fabuleuse sur les Champs Elysées !
Infos pratiques:
Chez Régine
49-51 rue de Ponthieu - 75008 Paris
métros: Franklin D. Roosevelt / Saint Philippe du Roule
10€ boisson offerte
23h - 5h
soirée mixte

(flyer by EMJ & DebDeg coming soon)

***
Offre spéciale pour les amoureux-se de cabaret et dandys en tous genres: Venez au Tango le 23, entrez à tarif réduit chez Régine le 24!
***



2009 mai 14

Ben tiens...

... je ne connais pas du tout ce lieu :)

2009 mai 4

This Week.

This week, je suis pas là et pourtant il y a tout ça !

Si je ne me trompe, il y aura aussi une Fetish In Paris Lounge, mais je dois vérifier l'info (flyer à venir).

2009 avr. 30

Lire, encore, toujours....

Et Domination Féminine de SCOTT GINI GRAHAM