www.phenobarbidoll.net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

2012 juin 25

Droit et Transidendité

Cette semaine, dans le magazine "La Semaine Juridique" (25 juin 2012, N°26), un nouvel article intitulé "Le Changement de sexe devant la Cour de Cassation" écrit par Philippe Reigné, agrégé des facultés de droit, professeur au CNAM et membre du LISE. Il traite notamment du caractère obligatoire de prouver un syndrome de transsexualisme et de l'irréversibilité de la transformation de la personne demanderesse. Par ailleurs, en fin d'article est évoqué le droit de filiation en cas de naissance dans un couple dont l'un des deux est "trans". A ce jour l'enfant à naître ne pourrait pas bénéficier d'un droit de filiation "normal" sur son état civil, dans le cas où les deux parents sont du même sexe (deux arrêts de la cour de cassation du 7 juin 2012 le confirment).

2010 juin 24

PLAYNIGHT #6 : GRRRlz, TranS' ONLY, le 25 juin 2010 à partir de 21h00

2010 mar. 12

Mauvais Genre d'Axel Léotard

Profitant d’un aller/retour en train pour aller voir ma sainte famille au fin fond de la Bretagne, j’ai pris un livre dans ma pile « à lire » : Mauvais Genre d’Axel Léotard ( ndla : je ne lis que dans les transports en commun – ne me demandez pas pourquoi, j’en sais rien).

leotard.jpgL’auteur d’abord : Axel Léotard est né en 1969. Depuis l’âge de 20 ans, il a évolué dans les milieux associatifs et est devenu Travailleur Social. Il est, par ailleurs photographe et entasse différents jobs.

Mauvais Genre c’est la biographie romancée d’Axel Léotard. Il s’agit de l’histoire d’un être humain né avec un sexe féminin qui ne se reconnaît pas dans le genre féminin et qui s’emploie, à 33 ans, à commencer sa transition afin d’adopter le genre masculin. Son histoire fait état des nombreuses difficultés tant au niveau administratif, judiciaire et médical que peuvent rencontrer les transsexuel(le)s qui souhaitent obtenir l’état civil qui leur correspond.

Axel Léotard nous parle aussi de la vie associative tout en évoquant les clivages et les dissensions entre les différentes associations LGTB (Lesbiennes, Gays, Trans et Bisexuelles), en relatant sa propre expérience qui le confronte à la vie réelle de la communauté transsexuelle.

Beaucoup de questions sont abordées dans son livre. Bien entendu, il fait référence au regard d’autrui sur soi. Et là je me suis un peu sentie visée, pas dans le rôle de la personne qui a été blessée, mais bien dans le rôle de la personne qui blesse. Pour ma part mes erreurs n’ont pas été de poser des regards insistants ou de me tromper dans le choix du pronom. Non. Mes actes blessants l’ont été dans mes discours ou par mes questions (surtout par mes questions sans doute parce que je mettais le doigt là où ça fait mal aussi). J’ai juste compris dans ce livre « pourquoi ça fait mal », c’était nécessaire, j’avais besoin de comprendre pourquoi, mais comme personne ne me donnait la réponse…

Outre le regard, est abordée la question du genre (on y revient, encore, toujours, ohh ouiiiiiii). Ce n’est pas innocent si je n’ai pas commencé la description du livre par « c’est l’histoire d’une femme qui se transforme en homme » parce que ce n’est pas tout à fait vrai, même au sens biologique du terme. Biologiquement, Gabriel (le personnage central) est une femme qui va entamer un traitement d’hormones, subir une mastectomie (ablation des seins) et une hystérectomie (retrait d’une partie de l’organe reproducteur féminin à savoir l’utérus, les ovaires et les trompes).

Il est à noter qu’il est obligé de subir la deuxième intervention chirurgicale pré-citée afin de pouvoir changer d’état civil. Gabriel a toujours été du genre masculin (genre et pas sexe) et n’a pas besoin d’avoir un pénis entre les jambes pour valider cet état de fait. C’est pourquoi il ne fera pas, d’ailleurs, une transformation complète allant jusqu’à la reconstruction d’un pénis.

Le genre est traité en tant que question de société sous multiples aspects : psychologique, médical et judiciaire. Un(e) transsexuel(le) ne peut, aujourd’hui, changer d’état civil qu’à certaines conditions drastiques et humiliantes pour tout être humain. A la base, il y a déjà un problème, puisque le transsexualisme est considéré comme une maladie mentale (se profilent des évolutions à ce sujet, mais d’après la réaction des communautés transsexuelles, ça semble être de la poudre aux yeux).

Ce qui est ridicule c’est de constater que la Loi française autorise sous certaines conditions à changer d’état civil dont une des conditions est d’obtenir un certificat médical qui vous reconnaît au moins comme un(e) transsexuel(le) primaire donc comme malade mental. Or aux yeux de la Loi, une personne reconnue comme malade mentale devient irresponsable devant elle. Paradoxal ? Bien entendu, je fais ici quelques raccourcis, mais avouons que le procédé juridique est douteux.

Autre point important : pour arriver au terme de leur transformation et donc pouvoir changer d’état civil, beaucoup de transsexuel(le) n’ont pas d’autre choix que de se prostituer. Vous en connaissez, vous, des boîtes qui accepteraient que leur Directeur Financier vienne travesti au boulot, le temps qu’il finisse sa transformation impliquant un changement d’état civil ? Bref, on sait tous que la prostitution implique violence et maladie parce qu’elle est mal encadrée par la Loi française. Mais ça c’est un autre sujet.

D’après Axel Léotard, environ 50 à 60 % de la population transsexuel(le) qui se prostitue est malade, Sida inside. C’est une estimation qu’il a faite par lui-même parce qu’à ce jour aucune étude sanitaire et sociale valable n’a été réalisée concernant cette minorité sexuelle : Rapport transsexualisme / VIH, sujet totalement ignoré par l’état, ce qui revient à dire que cette communauté ne l’intéresse pas donc n’existe pas et donc par extension, n’est pas reconnue aux yeux de la société française. Où est-ce que cette situation arrange l’état ? Le VIH, holocauste moderne pour les trans ?

Bref « Mauvais Genre » est une histoire racontée simplement, poignante et à la foi révoltante parce qu’Axel Léotard nous démontre les ambiguïtés et les imperfections du système français. L’auteur ne se victimise pas mais se révolte. A mettre entre toutes les mains.


Retrouvez cet article sur LADIES-ROOM !

2010 mar. 4

>>> Le 19 mars 2010 // J.PHE.C


Making off flyer J.PHE.C
envoyé par phen0

Si vous souhaitez y participer merci d'adresser un mail à contact@phenobarbidoll.net

2010 mar. 3

"Mauvais Genre" d'Axel Léotard

Pour ceux qui sont intéressés par la transidentité.

Mon article sur "Mauvais Genre" d'Axel Léotard en Une de Ladies-Room.

2010 fév. 12

Utopie.

J'adhère totalement à l'édito de Flozif sur Foleffet. Ca rejoint totalement ce que je voudrais pour le 19 mars. Douce utopie, quand tu me tiens. Je vous rappelle que demain a lieu la Playnight #4. Je reprends le texte de Wilfried inséré sur le forum de Paris-M.

Un événement à soutenir, parce qu'il est assez unique dans le PFF (Paysage Fetish Français ?), seXXXy et décalé : la PLAYNIGHT. Un événement organisé par XPornX. Un événement pour les GRRRlz, LeZbiennes, Trans', ... Et déconseillée aux Trans'PD, Mecs, etc.

PLAYNIGHT #4
SAMEDI 13 FEVRIER // 21h>2h (Malheureusement nous n’avons pas l’autorisation de nuit, alors venez tôt pour profiter au max !!!). Enfin une St-e ValentinE osée et décomplexée dans une ambiance fun et ludique ! Viens avec tes fantasmes et ta bonne humeur le lieux est là pour ça. Un espace pour nouEs avec:
- Bar lounge cosy
- Backroom sur deux étages, espace de jeux et cabines privées
- Projection de films
- Special MuZic by Vallie / Bradley Fayki

Dress code HOT : Cuir, Vinyle, Fetish, uniformes, dentelles, frou-frou, paillettes, plumes, Latex... Créativité & glamour bienvenus ! // Possibilité de se changer sur place

2010 janv. 29

Playnight #4 ! <3 <3 <3

2009 nov. 19

Festival "Chéries-Chéris" >> le 15ème festival de films Gays, Lesbiens, Trans et +++ de Paris

Festival Chéries ChérisOui ! Bon ! Je sais ! Je suis à la bourre pour présenter ce festival, mais vaut mieux tard que jamais. Le Festival "Chéries-Chéris" est le 15ème festival de films Gays, Lesbiens, Trans et +++ de Paris. Il a lieu du 16 au 22 novembre 2009 au Forum des Images à Paris. Durant ce festival ont lieu des projections de films, des débats, et pleins de fêtes en perspective !

Ma sélection personnelle s'orienterait :

Mardi 17 novembre (oui c'est trop tard, mais c'est bien de le souligner) : "French Touch". Pourquoi ? Parce que dans cette sélection de courts-métrages, il y a "Smooth", le nouveau court-métrage de Catherine Corringer et que celui-ci a reçu, notamment, le Prix du Court Métrage au Porn Film Festival de Berlin en 2009. Ce court métrage montre deux corps, l'un probablement masculin et l'autre féminin. Confrontation entre deux corps diamétralement opposés ?

Mercredi 18 novembre - 21h00 : "eXtravaganZa" : un programme qui s'oriente très clairement vers la performance : Drag Kings, burlesque, travail du corps, notion de genre... Il s'agit d'un enchaînement de clips, documentaires, courts-métrages.

Jeudi 19 novembre - 22h00 : "Bandaged" de Maria Beatty, qui d'après mes souvenirs avait déjà été présenté au Palais de Tokyo, l'histoire d'une jeune fille et de son infirmière très particulière.

Vendredi 20 novembre - à partir de 21h00 : la soirée "Lupanar" avec notamment "Carte blanche au Porn Film festival de Berlin 2009" : une série de courts-métrages nous invitant au voyage de ce festival. A partir de 22h00 : la partie "grrrlz " avec notamment "Art House Sluts" de Madison Young que j'avais vue aux côtés de Sadie Lune (qui est aussi dans le film) dans le Queer X Show.

Samedi 21 novembre -18h15 : Je ne pouvais annoncer ce Festival sans parler de "Claudette" : un documentaire sur une prostituée intersexe qui sera suivi d'un débat qui sera notamment menée par notre bien-aimée Nik-ita.

20h00 : "Côté Filles", une nouvelle série de courts-métrages en opposition à "Côté Garçons". Mon désir de regard se pose sur "Belle de Nature" de Maria Beatty. Un hommage à la nature. Ensuite "Getting Off" de J. Aguilar et Miza Banales : une virée queer dans les rues de San Francisco. Toujours le même soir "I kissed a Girl" par Patricia et Colette.

Dimanche 22 novembre - 16h00 : "Côté Garçons", toujours sur la base de courts-métrages, mon regard se porte ici sur "Heiko" de David Bonneville, un nouveau regard fétichiste. "Bi-definition" de Kai Salim, pour quoi devrait-on choisir son attirance pour tel ou tel genre ?

Informations :
Tarifs
Plein tarif : 8 €
Tarif réduit : 7 €
Film d’ouverture + fête : 10 €
Tarif spécial soirée Lupanar 2 (2 séances) : 10 €
Carte Pass 5 films : 35 €
Carte Pass 10 films : 65 €
Carte Tirelire Forum des images : 6.5 €

Forum des images
Forum des Halles,
2 rue du Cinéma, 75001 Paris,
Métro : Les Halles (sortie Place Carrée)

Retrouvez cet article sur Ladies-Room.

2009 mar. 10

Playnight - Grrrlz Sex Party - 21 mars 2009

**** POST RESERVE A UN PUBLIC MAJEUR ****

Lire la suite...